L’école francophone en Colombie-Britannique: oui ou non?

DSCF4967Quand nous sommes emménagés en Colombie-Britannique en 2015, nous avions trois jeunes enfants francophones. En moins d’un an, l’anglais s’est installé et nous nous sommes retrouvés avec trois jeunes enfants francophones ET anglophones (bon, disons deux puisque Chloé était trop petite pour parler..) Mais l’anglais a su prendre une place importante dans leur vie très rapidement.

Nous savions bien qu’ils apprendraient l’anglais facilement. Les enfants sont des éponges, on le sait bien. Mais nous avions négligé la baisse d’intérêt que le français subirait dans leur coeur. Pour nous, les parents, le français est primordial. C’est nos racines. On en est fiers. On aime être capable de jongler d’une langue à l’autre, tout dépendant de la situation. Les enfants eux… rien à foutre! C’est plus facile et plus « cool » de parler anglais alors : « Peut-on abandonner le français s’il vous plait? »

Panique ! Où sont passés mes petits québécois?

Mais quand tout se passe en anglais dans leur vie (les amis, la télévision, la musique…), il est normal de voir l’intérêt pour la langue française se dissiper, non ? Le français devient rapidement la langue ennuyeuse de papa et maman qu’on parle à la maison mais aussitôt qu’on en sort, anglais!

Il faut donc rendre notre langue maternelle attirante… Mais comment?

Arielle a fait sa maternelle a l’école anglaise et à chaque retour à la maison (chaque fois!),  la bataille commençait : « ..en français Arielle », « les amis, français svp », « français dans la maison », « français. français! FRANCAIS! »

Cette année, c’était au tour de Zack de commencer la maternelle et je dois admettre que je n’étais pas pleinement convaincue du choix de l’école. Je me suis mise à douter… Je me suis mise à considérer l’école francophone de Chilliwack (La Vérendrye).

J’ai donc été visiter l’école. J’ai rencontré la directrice et les professeurs. Je dois dire que La Vérendrye est une toute petite école. Peut-être 100.. 150 élèves? C’est probablement pour cette raison que je ne l’avais pas considérée pour la maternelle d’Arielle. Cette petitesse me faisait un peu peur. Mais suite à ma visite, oh! Ma perspective changea.. Une semaine plus tard, je suis donc retournée visiter l’école avec mon mari et Pierre en est ressorti avec la même bonne impression que moi.

Puisque c’est une petite école, les classes sont souvent composées de deux niveaux. On pourrait croire à un désavantage mais il nous a semblé que cette situation oblige l’école à avoir plus de personnel dans chaque classe. Chaque classe que nous avons visitées avait deux (ou trois!) membres du personnel présents dans la classe. Si j’ai bien compris, puisqu’il y a deux niveaux à enseigner, le professeur a besoin d’un aide-pédagogique pour s’occuper d’une partie de la classe pendant qu’il fait un enseignement à l’autre partie. Résultat, il y a plus de personnel pour s’occuper de chaque étudiant!

Nous avons peser les pour et les contre des deux écoles (anglophone et francophone) et même s’i l y a plusieurs avantages à fréquenter une petite école, nous étions tout de même incapables de prendre une décision. Il semblait qu’on changeait d’idée à toutes les deux semaines. Nous avions beau prier pour une conviction sur le choix de la meilleure école, c’est comme si Dieu nous disait « Les deux écoles sont bonnes pour vos enfants. Vous êtes libres de choisir. » Notre conviction fut donc que nos enfants seraient heureux dans une école comme dans l’autre. Il fallait maintenant se demander à quel point le français était important pour nous. Et quand nous nous sommes imaginés nos enfants incapables de lire ou d’écrire un texte en français. Pire, quand ma fille qui comptait jusqu’à 100 sans problème en anglais fût incapable de dépasser 19 en français.. Nous avons pris notre décision. L’an prochain, on transfert à La Vérendrye!

Au moment d’écrire ces lignes (avril 2018), la première année de Zack et Arielle à l’école francophone tire à sa fin. Et si vous voulez savoir, nous n’avons aucun regret sur le choix que nous avons fait. Dès la première semaine d’école, nous avons vu un changement drastique. Ils se sont remis à parler naturellement en français entre eux à la maison! Bien sur que ce n’est pas parfait. Disons qu’ils ont encore parfois besoin de petits rappels… Mais c’est incomparable avec l’an dernier!

Et pour ceux qui s’inquièteraient que leur enfant n’apprenne pas bien l’anglais s’il fréquente l’école francophone, n’ayez crainte! Si vous avez des voisins anglophones, de la famille anglophone ou simplement des amis anglophones et que vos enfants sont parfois en contact avec ces derniers, leur anglais sera meilleur que le vôtre à l’intérieur de quelques mois… Et l’école francophone enseigne l’écriture et la lecture anglaise à partir de la 4e année. Donc les enfants ne prennent pas de retard en anglais à cause de l’enseignement francophone.

En résumé
À savoir par rapport à l’école primaire francophone La Vérendrye de Chilliwack :

  • C’est une école publique donc gratuite;
  • Enseigne la maternelle jusqu’à la 6e année (parfois la 7e année s’il y a assez d’inscriptions);
  • Offre un programme gratuit de maternelle 4 ans;
  • Le transport scolaire est gratuit. Il y a trois petits autobus donc chaque route n’est pas trop longue (moins d’une heure);
  • Il y a beaucoup de personnel pour le nombre d’étudiants;
  • Tout le personnel est professionnel et diplômé. Si vous vous chercher un emploi, vous ne pourrez pas enseigner à l’école simplement parce que vous venez du Québec et que votre français est impeccable;
  • La plupart du personnel vient du Québec mais certains viennent d’Europe;
  • Tout ce fait en français dans l’école! Il y a même des systèmes d’encouragement mis en place pour motiver les enfants à parler français entre eux;
  • L’anglais écrit y est également enseigné à partir de la 4e année (apprendre à écrire deux langues en même temps est difficile donc il y a un petit délai entre l’enseignement des deux);
  • Le gymnase est dans la bâtisse voisine et il comprend une scène pour les spectacles;
  • L’école est située à la sortie de la ville, dans un rang de campagne et offre une grande cours arrière avec vue sur les montagnes;
  • Nous avons bien aimé aussi qu’une tablette électronique soit assignée à chaque étudiant dans la classe, et ce dès la première année.
Publicités